Plusieurs milliers de manifestants à Paris, le 13 mai, pour dire : « Macron, un an, ça suffit ! »

picto pdf petit

À l’appel du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République, plusieurs milliers de travailleurs et de jeunes ont manifesté de la place de la République au cimetière du Père-Lachaise.

Aux cris de « Ce n’est pas les étudiants qu’il faut sélectionner, c’est le gouvernement qu’il faut virer » et de « Les cheminots ont raison ; non, non aux privatisations », les manifestants ont exprimé leur volonté de voir balayées toutes les remises en cause des droits ouvriers et démocratiques par le gouvernement et avec elles, Macron et ses ministres.

« Personne ne veut, personne ne peut attendre 2022 », ce mot d’ordre exprimait le sentiment de tous. Mais par-dessus tout, c’est l’exigence de l’unité des rangs ouvriers qui s’est exprimée dans toute la manifestation. Exigence de l’unité de la jeunesse avec la classe ouvrière comme le proclamait la banderole de tête suivie par une masse de lycéens et d’étudiants. Unité des travailleurs et de leurs organisations réclamée partout dans le cortège.

Unité à l’image des dix-huit orateurs de toutes tendances du mouvement ouvrier et démocratique qui ont conclu la manifestation : militants politiques du PCF, de La France Insoumise, du POID, de Génération.s, du Groupe socialiste universitaire, militants syndicaux, cheminots, travailleurs sans papiers, médecins, enseignants, paysans, étudiants, élus…

Après la lecture de l’appel ci-joint appelant à constituer partout des comités pour l’unité pour en finir avec Macron, la manifestation s’est terminée au chant de L’Internationale à quelques mètres du Mur des Fédérés où ont été fusillés les derniers communards qui, en 1871, ont instauré le premier gouvernement ouvrier de l’histoire.

Paris, le 14 mai 2018

Pour tout contact : ue.rupture@gmail.com

Au vu de la situation, le collectif d’animation redemande une rencontre aux responsables de LFI, PCF, PG, Génération.s, d’Ensemble!, du PS, du NPA, de LO…

Mouvement pour la rupture
avec l’Union européenne et la Ve République

Aux responsables de La France insoumise,
du PCF,
du Parti de gauche,
de Génération.s,
d’Ensemble !,
du Parti socialiste,
du NPA,
de Lutte ouvrière

Paris, le 9 avril 2018

Camarades,

Le 2 décembre dernier, 400 délégués rassemblés à l’initiative de notre mouvement ont proposé l’organisation d’une manifestation nationale à Paris. Dans l’appel qu’ils ont adopté, on peut lire : « On ne peut laisser le gouvernement Macron tout détruire. Un an, ça suffit ! Macron, l’illégitime, doit partir ! ».

Sur le mandat de la conférence, nous vous avions écrit à l’époque pour vous proposer de nous rencontrer pour vous présenter notre initiative. A ce jour, vos organisations n’ont pas répondu.

Depuis, comme vous le savez, la décision a été prise de manifester le 13 mai 2018 « pour l’unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe ».

D’ores et déjà, des milliers de travailleurs, de jeunes et de militants de toutes tendances du mouvement ouvrier et démocratique ont fait savoir publiquement qu’ils participeront à la manifestation du 13 mai et la préparent dans tout le pays.

Alors que la grève des cheminots se dresse contre le gouvernement en exigeant le retrait du rapport Macron/Spinetta, alors que de plus en plus et sous des formes diverses, le gouvernement Macron-Philippe est massivement rejeté, la question posée est bien celle de le chasser tout de suite.

Ces derniers jours, nous avons pris connaissance de plusieurs initiatives : celle qui annonce « un grand rassemblement Stop Macron à Marseille le 14 avril » et celle qui propose, le 5 mai, de « faire la fête à Macron ».

Tous ces développements nous amènent à renouveler notre proposition de nous rencontrer dans les plus brefs délais.

Fraternellement,
Pour le collectif national d’animation
du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République
Claude Charmont

Le collectif d’animation s’est réuni le samedi 27 janvier 2018

Dimanche 28 janvier 2018

Suite à la réunion du collectif d’animation

Cher(e)s camarades,

Le collectif national d’animation du Mouvement pour la rupture s’est réuni samedi dernier. Il s’est ouvert sur un bilan de la campagne engagée depuis notre conférence nationale du 2 décembre.

Le 2 décembre, nous avons pris deux décisions importantes. Faire contresigner un appel pour l’unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe, appel ouvrant la perspective d’une manifestation nationale et nous adresser aux directions nationales des partis  qui ont pour origine le mouvement ouvrier et démocratique pour leur faire part de nos propositions.

Samedi 27 janvier, nous avons enregistré plus de 20 000 signatures sur nos appels à l’unité pour chasser Macron, signatures en particulier réalisées dans les entreprises. Par ailleurs, nous avons constaté qu’aucune des organisations sollicitées, à part le POID ne nous avait répondu.

Nous avons pris nos responsabilités et nous appelons à l’organisation de la manifestation nationale à Paris pour dire « Macron, un an ça suffit ! ».

Pour prendre cette décision importante, nous nous sommes appuyés sur quatre constats :

  • Le premier, c’est qu’aucune des organisations nationales sollicitées ne nous vraiment fermé la porte.
  • Ensuite localement, dans les départements, les localités, se sont multipliées les rencontres entre nos comités pour l’unité, des sections, des élus du PCF, des groupes, des militants de la France Insoumise, des comités du POID… C’est le cas dans les Hauts de Seine, dans l’Eure et Loire, la Meurthe et Moselle, l’Ille et Vilaine, les Côtes d’Armor, les Yvelines, la Seine et Marne, l’Yonne… Il y a une aspiration à l’unité qui prend corps et qui nous encourage.
  • Le troisième constat, c’est que le gouvernement Macron-Philippe poursuit à marche forcée sa politique destructrice qui après avoir cassé le code du travail, s’attaque à la Sécurité Sociale, aux retraites, au baccalauréat, aux hôpitaux, aux communes…
  • Le dernier constat, et non le moindre, c’est que la classe ouvrière résiste. Les grèves se multiplient. La classe ouvrière cherche les moyens de bloquer cette politique qui détruit tous les acquis arrachés par des décennies de combat.

Ces quatre constats nous ont amené à dire : il n’est pas possible qu’il n’y ait pas une manifestation nationale pour dire : « Macron, 1 an ça suffit ! »

Notre appel est un appel d’unité. Il se termine ainsi : « Cette proposition (la manifestation nationale) est soumise à tous les travailleurs, jeunes, militants et organisations politiques qui ont pour origine le mouvement ouvrier et démocratique ». La manifestation est ouverte à tous ceux qui partagent son objectif, bloquer la politique anti-ouvrière du gouvernement et dire au président illégitime qu’il doit partir. Ils peuvent venir avec leurs drapeaux, leurs banderoles. Ils peuvent y venir dans l’unité avec d’autres, seuls s’ils le souhaitent. Rien ne doit s’opposer à l’unité.

Il n’y a aucun préalable sur la date. Si nous avons choisi de proposer le 13 mai, c’est parce que le 13 mai 1968, des centaines de milliers de travailleurs ont manifesté sous le mot d’ordre « De Gaulle, 10 ans ça suffit ». Il nous a donc semblé que manifester le 13 mai 2018 pour dire « Macron, un an, ça suffit », avait une signification forte. Cela étant, nous sommes convenus que si tel ou tel parti ou organisation, capable de mobilier massivement sur ces mots d’ordre, proposait une autre date, bien évidemment, partisans de l’unité, nous ne dresserions pas « notre » initiative contre une autre.

L’appel que nous avons adopté sera disponible dès cette semaine. Nous avons décidé d’éditer très rapidement des affiches, des autocollants « Macron, un an ça suffit § Manifestation nationale le 13 mai 2018 à Paris », des bons de participation pour la montée en cars… Nous appelons tous les comités pour l’unité constitués, tous les signataires de nos appels, tous travailleurs et militants qui se retrouvent dans notre combat de préparer dès maintenant la manifestation nationale du 13 mai 2018. Nous n’attendrons pas 2022.

Fraternellement,

Claude Charmont

PS : pour signer l’appel en ligne : mouvementpourlarupture.com

Le collectif national d’animation du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Cinquième République va se réunir le samedi 27 janvier

Le collectif national d’animation du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République va se réunir le samedi 27 janvier.

Près de deux mois après avoir rendu publique la proposition adressée à toutes les organisations politiques se réclamant du mouvement ouvrier d’appeler en commun à une manifestation nationale sur le mot d’ordre « Unité pour chasser Macron », il fera le point des réponses reçues, des demandes émanant des comités pour l’unité.

Dans la diversité des points de vue des militants de toutes tendances qui le constitue, il débattra de la situation.

Et saura, sans nul doute, prendre ses responsabilités.

Claude Charmont, militant syndicaliste

Lettre aux partis et organisations politiques qui ont pour origine le mouvement ouvrier et démocratique

picto pdf petitAux partis et organisations politiques qui ont pour origine le mouvement ouvrier et démocratique

Paris, le 18 décembre 2017

Camarades,

Nous nous adressons à vous sur mandat des 400 délégués des comités qui se sont constitués autour de l’appel « Unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe » initié par le Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République*. Ces délégués, venus de toute la France, se sont réunis en conférence nationale le samedi 2 décembre à Montreuil, mandatés par plus de 17 000 signataires de l’appel cité.

Tous les délégués, quel que soit leur engagement politique (PCF, LFI, POID, PS…) ou syndical, ont tous fait la même constatation : la politique du gouvernement est une politique destructrice de tous les acquis ouvriers (Code du travail, Sécurité sociale, assurance chômage, retraites par répartition, formation professionnelle, Éducation nationale, services publics…). Ils ont tous constaté que quels que soient les programmes des différents partis se réclamant de la classe ouvrière aucun d’entre eux ne s’appliquera tant que Macron restera au pouvoir. Rien ne devrait alors s’opposer à l’unité.

Ils ont en conséquence adopté un nouvel appel que vous trouverez en pièce jointe qui fait la proposition que soit organisée dans l’unité, en 2018, une manifestation nationale pour dire : « Dehors le gouvernement Macron-Philippe et sa politique ! »

Nous sommes intéressés à connaître votre position sur notre initiative.

Nous vous proposons de vous rencontrer à la date qui vous convient pour que nous puissions voir comment nous pourrions agir ensemble.

Recevez, camarades, nos meilleures salutations militantes,

Le collectif national d’animation

    

* Le Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République a été constitué le 5 novembre 2016 par 500 délégués de toutes tendances politiques du mouvement ouvrier (PCF, LFI, POID…) et syndicales réunis en conférence nationale. En septembre 2017, son collectif national d’animation a lancé l’appel « Unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe » qui a recueilli plus de 17 000 signatures.

Pour toute correspondance : Claude Charmont (ue.rupture@gmail.com)


Cette lettre a été adressée à Ensemble !, LFI et les organisations membres de son espace politique, Génération.s, LO, NPA, PCF, POID, PS.

Les décisions de la conférence du 2 décembre 2017

Réunis le samedi 2 décembre 2017 en conférence nationale à Montreuil, en Seine-Saint-Denis, les 400 délégués appellent :

  • à faire massivement contresigner l’appel téléchargeable ici adopté par la conférence ;
  • à préparer en 2018 une importante initiative nationale (manifestation, rassemblement…) dont la date pourrait être le samedi 5 mai 2018, la veille de la conférence ouvrière européenne ;
  • à s’adresser à toutes les organisations politiques se réclamant du mouvement ouvrier pour leur proposer d’appeler en commun à la manifestation nationale sur le mot d’ordre : « Unité pour chasser Macron » ;
  • à organiser, en commun avec les travailleurs et militants de quinze pays d’Europe qui en ont pris l’initiative, une conférence ouvrière européenne « pour l’union libre des peuples et des travailleurs de toute l’Europe, pour rompre avec Maastricht et les diktats de la BCE ».

 

2 décembre 2017 / Qui sommes-nous ?

Nous sommes 400 délégués des comités pour l’unité représentant les plus de 16 000 signataires de l’appel « Unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe » sur les objectifs suivants :

– Unité pour en finir avec les ordonnances et toutes les mesures anti-ouvrières du gouvernement !

– Unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe !

– Unité pour rompre avec l’Union européenne et la Ve République !

– Unité pour l’Assemblée constituante redonnant la parole au peuple et ouvrant la voie à un gouvernement de défense de la classe ouvrière et de la jeunesse !

La conférence nationale des délégués des comités pour l’unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe se tiendra le samedi 2 décembre 2017

Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République

Communiqué

La conférence nationale des délégués des comités pour l’unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe se tiendra le samedi 2 décembre 2017

picto pdf petitLe collectif national d’animation du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République s’est réuni le samedi 21 octobre 2017.

Il a fait le point sur la campagne engagée « Pour l’unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe ».

En quatre semaines, ce sont plus de 10 000 travailleurs actifs et retraités, jeunes, chômeurs, militants politiques ou syndicaux, élus… qui ont contresigné l’appel lancé. Des dizaines de comités pour l’unité ont d’ores et déjà été constitués.

Devant la brutalité des attaques contre la classe ouvrière et la jeunesse (destruction du Code du travail avec les ordonnances, destruction annoncée de l’assurance chômage, de la Sécurité sociale et des retraites par répartition…), un sentiment de révolte mûrit dans le pays : « On ne peut pas attendre 2022 ! »

Les travailleurs l’ont massivement exprimé depuis la rentrée en exigeant, par la grève et les manifestations, le retrait des ordonnances.

Ils l’expriment chaque jour par des centaines de grèves dans les entreprises, les services, les établissements scolaires… qui exigent la satisfaction des revendications.

La seule arme du gouvernement, c’est la division des rangs ouvriers.

Pour forger l’unité des travailleurs et des organisations pour en finir au plus vite avec ce gouvernement et sa politique, le collectif national d’animation du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République appelle :
– à poursuivre la signature en masse de l’appel « Unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe » ;
– les signataires à constituer dans les entreprises, les localités, les quartiers, les comités pour l’unité pour chasser le gouvernement et à désigner leurs délégués à la conférence nationale du samedi 2 décembre 2017.

Unité pour en finir avec les ordonnances et toutes les mesures anti-ouvrières du gouvernement !
Unité pour chasser le gouvernement Macron-Philippe !
Unité pour rompre avec l’Union européenne et la Ve République !
Unité pour l’Assemblée constituante redonnant la parole au peuple
et ouvrant la voie à un gouvernement de défense de la classe ouvrière et de la jeunesse !

À Paris, le 21 octobre 2017

site : https//mouvementpourlarupture.com
Pour tout contact : ue.rupture@gmail.com

Aujourd’hui, 18 mars 2017, venus de toute la France…

Communiqué

Aujourd’hui, 18 mars 2017, venus de toute la France à l’appel du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République, de 1 500 à 2 000 manifestants se sont rassemblés devant le mur des Fédérés, au cimetière du Père-Lachaise à Paris, là où ont été fusillés les derniers insurgés de la Commune de Paris.

C’est le fruit d’une campagne nationale engagée maintenant depuis neuf mois et qui a recueilli à ce jour 16 000 signatures de militant(e)s, de travailleurs, de travailleuses et de jeunes.

A quelques semaines de l’élection présidentielle, la crise de la Ve République éclate au grand jour ; ses institutions se décomposent aux yeux de tous, ouvrant la porte à toutes les aventures.
Par-delà leurs engagements différents à l’occasion de l’élection présidentielle, les participants au rassemblement, comme les 16 000 signataires, ont affirmé :

« Rien ne sera réglé par l’élection du monarque sans couronne de la Ve République ou celle de l’Assemblée croupion, simple chambre d’enregistrement et d’application des décisions de Bruxelles. »

Décisions de Bruxelles appliquées servilement par le gouvernement Hollande-Valls-Cazeneuve et dont Pierre Gattaz, le président du Medef, s’est récemment fait l’écho, immédiatement suivi par de nombreux candidats : allongement de l’âge de départ en retraite, baisse du coût du travail, mise en cause du Code du travail, de la Sécurité sociale, destruction des services publics…

Dans une situation encore marquée par les millions de grévistes et de manifestants contre la loi El Khomri et par les nombreuses grèves en cours, plus que jamais va s’affirmer la nécessité de préserver l’indépendance des organisations syndicales, comme la nécessité de la rupture avec l’Union européenne et la Ve République.

Une force est née il y a neuf mois. Elle s’est depuis affirmée et n’a pas cédé. Aujourd’hui, elle est rassemblée au mur des Fédérés. Demain, elle poursuivra inlassablement son combat.

Quel que soit le résultat des élections présidentielle et législatives, le combat engagé par le Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République sera plus que jamais d’actualité. La parole devra être rendu au peuple par l’élection d’une Assemblée constituante souveraine avec des délégués élus, mandatés et révocables, ouvrant la voie à l’abrogation de toutes les contre-réformes anti-ouvrières, à la reconquête de la démocratie et à l’établissement de relations fraternelles et à égalité avec tous les peuples d’Europe.

Pour faire le point après l’élection présidentielle et organiser la poursuite du combat, un collectif national d’animation de la campagne élargi se réunira le samedi 27 mai à 14 h 30.

Vive la Commune de Paris !
Rupture avec l’Union européenne et la Ve République !

Communiqué : faire du rassemblement du 18 mars un succès

Collectif national d’animation
du Mouvement pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République

affche-ruptureLes quelques semaines qui viennent de s’écouler ont vu une nouvelle étape se franchir dans la crise de la Ve République : l’actuel président de la République contraint à ne pas se représenter, l’ancien président largement battu aux primaires de la droite, le Premier ministre sortant Valls étrillé aux primaires de la gauche… et maintenant François Fillon empêtré dans le « Pénélopegate » menaçant la poursuite de sa candidature.

Il s’agit maintenant d’une crise de régime. La Ve République agonise sous nos yeux ouvrant la porte à toutes les aventures. Les mesures répressives contre les militants syndicalistes se multiplient tout comme les violences policières, hier lors des manifestations contre le projet de loi El Khomri, aujourd’hui contre la jeunesse dans les banlieues. Tout cela venant après l’adoption de la loi El Khomri à coup de 49-3. C’est bien la démocratie qui est attaquée de toute part.

Pour le Mouvement pour la rupture, il n’y aura pas d’issue conforme à la démocratie s’il n’y a pas rupture avec les institutions de la Ve République et l’Union européenne, mère de toutes les contre-réformes qui ont remis en cause pendant des décennies les acquis ouvriers et démocratiques.

Il n’y aura pas d’issue conforme à la démocratie sans que la parole ne soit rendue au peuple par l’élection d’une Assemblée constituante souveraine avec des élus mandatés et révocables.

Quels que soient leurs engagements divers, notamment à l’occasion des élections présidentielles, les signataires de l’appel du Mouvement pour la rupture sont tous d’accord pour un gouvernement qui en finisse avec les institutions antidémocratiques de la Ve République, un gouvernement qui rompe avec l’Union européenne, instrument du capital financier et abroge toutes ses contre-réformes, un gouvernement qui établisse des relations fraternelles et à égalité avec tous les peuples d’Europe.

C’est ce que nous dirons le samedi 18 mars à 11 heures, de la place Gambetta au mur des Fédérés au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Les informations qui remontent tant de la région parisienne que de province indiquent que les mesures sont prises pour assurer le succès du rassemblement avec des premiers résultats très encourageants.

Le collectif national d’animation appelle tous les signataires de l’appel Rupture, tous les comités qui se sont constitués à tout mettre en œuvre pendant les cinq semaines qui nous séparent du 18 mars, pour conforter et amplifier le succès du rassemblement.

A Paris, le 11 février 2017