L’engagement pour la rupture

« • Considérant qu’au-delà des positions de chacun au cours des élections – exprimées ou non dans un vote – seule une rupture totale avec les institutions actuelles permettra de dégager une issue positive à la crise que connaît le pays.
• Considérant que la situation du peuple travailleur appelle des mesures d’urgence.
• Considérant qu’un terme doit être mis aux attaques destructrices de ce gouverne-ment, comme de tout gouvernement soumis au carcan de l’Union européenne.

Nous prenons l’engagement d’agir avec continuité, avant comme après les élections :

• Pour la rupture avec l’Union européenne et la Ve République.
• Pour l’Assemblée constituante qui, s’engageant sur la voie de la rupture, rendra au peuple le pouvoir de décider.
• Pour la satisfaction des revendications des travailleurs et de la jeunesse ;
• Pour la reconquête de la démocratie politique à tous les niveaux, de la commune au sommet de l’État.
• Pour la défense de toutes les libertés publiques. »
(Cet engagement a été adopté lors d’une Conférence nationale pour la rupture, tenue à Paris le 5 novembre 2016, regroupant 507 délégués représentant alors 6 383 travailleurs et jeunes)